[creation site web] [logiciel creation site] [creation site internet] [Accueil Mauprévoir info]
[Mauprévoir : Le village]
[Mauprévoir : Action municipale]
[Vivre à Mauprévoir]
[Mauprévoir : Loisirs et Culture]
[Mauprévoir : Infos pratiques]
[Météo Mauprévoir Météo du jour]
[Contact Mauprevoir Info]
[Mauprévoir : Mémoire de guerre – AUCHER Antoine]

C’est la principale guerre commémorée par les monuments aux morts. Les pertes massives (en France, il y eut 1,4 million de morts et 3 millions de blessés sur 8 millions de mobilisés, pour une population de 40 millions d'habitants) amènent, le plus souvent, non à glorifier la victoire, mais à honorer ceux qui ont perdu la vie. Cet aspect est important, car la très grande majorité des monuments élevés à cette occasion le sont à l’initiative, ou au moins avec la participation financière des anciens combattants, qui formaient 90 % des hommes de 20 à 50 ans en France. Leur motivation à continuer de se battre était l’espérance que cette guerre serait la dernière (« la Der des Ders »), et que leur sacrifice ne serait pas vain ; les monuments sont aussi là, dans une certaine mesure, pour rappeler ce sacrifice. Il n'est donc pas étonnant de trouver une forte concentration de ces lieux de mémoire dans les régions où se sont déroulés les combats, par exemple en Lorraine.

Mémoire des hommes

Jean-Pierre Ramat, touché par le souvenir des « poilus », a fait de nombreuses recherches depuis des années, sur les soldats de la région tombés au cours de la guerre de 14-18. Pour ce faire, il a consulté diverses bases de données dont celle des fiches biographiques conservées par le ministère de la Défense. C’est sa façon d'’honorer la mémoire de celles et ceux qui ont participé ou donné leur vie au cours des conflits contemporains.

Par Jean-Pierre RAMA

MONUMENT AUX MORTS DE MAUPRÉVOIR, MÉMOIRE DE GUERRE